20190917_155848

 

L'hiver dernier, j'ai découvert la prose de Jenny Colgan à travers Rendez-vous  au Cupcake Café que j'avais apprécié pour ce qu'il est: une lecture feel-good assez agréable. C'est donc tout naturellement que j'ai eu envie de me rendre dans cette "Petite Boulangerie du bout du monde" dont j'avais tant entendu parler sur Bookstagram. Eh bien, figurez-vous que j'ai trouvé ce roman bien plus marquant et intéressant que le précédent, et c'est vraiment amusant de constater comment d'un livre à l'autre, on peut percevoir différemment un auteur.

 

Alors que vie sentimentale et vie professionnelle semblent fuir à grands pas la jeune Polly, c'est elle qui finalement décide à son tour, de planter là ses échecs et de mettre le cap sur les Cornouailles,  afin de reprendre un nouveau souffle. Elle quitte donc sans regrets Plymouth et ses tracas pour poser ses valises dans une petite station balnéaire familiale aux allures de bout du monde. Comme remède à ses maux, elle s'adonne à sa véritable passion: la préparation du pain. Et quand dans le village, une boutique à l'abandon commence à lui tendre les bras, il ne faudra pas attendre très longtemps avant qu'elle ne cède aux sirènes du batteur électrique... 

 

Bien sûr, on trouve dans l'histoire de cette jeune femme un peu perdue, de la romance mais, plus surprenant, également beaucoup de poésie! Je m'attendais à naviguer sur l'onde de la gentille héroïne qui allait rencontrer son prince charmant sur les rivages anglais. Je ne dis pas que ce n'est pas le cas mais à mon grand étonnement, j'ai constaté qu'on y trouvait bien plus que ça: une ôde aux Cornouailles et à la beauté de leurs paysages, qui servent superbement de cadre à la mélancolie poétique, qui se dégage de l'ensemble du roman. Je me suis régalée de ce premier volume, à tel point que j'ai aussitôt enchaîné  sur la suite, intitulée Une saison à la petite boulangerie, et qui s'est révélée être tout à fait à la hauteur! Dans ces deux romans, il est question de confiance en soi, d'accomplissement personnel, de choix intimes (des thèmes aujourd'hui souvent récurrents car très actuels) et... de sentiments, je vous l'accorde, mais sans mièvrerie ambiante toutefois. Et comme Polly, on pourrait bien avoir envie de prendre du recul et de relever de nouveaux défis...

 

La Petite Boulangerie du bout du monde:

Ed. Pocket, 2016

Ed. Prisma, 2015

 

Une saison à la petite boulangerie:

Ed. Pocket, 2017

Ed. Prisma, 2016