20190702_152531

J'ai initialement découvert l'auteure américaine, Lauren Willig, à travers le roman "Ashford Park" dont je n'avais fait qu'une bouchée, aussi n'ai-je pas hésité en voyant qu'un autre de ses livres venait de sortir!

 

Dans l'Angleterre des années folles, Rachel Woodley, une jeune gouvernante anglaise apprend lors du décès de sa mère que son père, le comte d'Ardmore dont elle se croyait orpheline depuis sa plus tendre enfance, est toujours vivant et a même fondé une autre famille. Abasourdie par cette découverte et entraînée par le grain de folie d'un journaliste mondain rencontré par hasard, la jeune femme se lance alors dans un jeu de rôles où elle endosse l'identité d'une certaine Véra Morton, pseudo-jeune aristocrate libérée et moderne, et ce dans le seul dessein de pouvoir approcher son père et ses proches, et d'obtenir ainsi des réponses aux multiples questions qui la hantent désormais.

 

Si vous aimez les histoires "old England", vous aimerez "L'autre héritière". La trame est fort bien ficelée: on pense rapidement deviner ce qu'il en est mais en réalité, le suspense est maintenu jusqu'à la fin. On se demande si la jeune Rachel finira par vendre son âme au diable, perdue parmi tant de doutes, d'interrogations et dans un milieu qu'elle ne connaissait que depuis l'autre côté du miroir, ayant été jusqu'à présent elle-même l'employée de riches aristocrates. La période post-guerre des années folles se prête formidablement au souffle romanesque de ce livre: les blessures physiques et morales endurées à cause du conflit fournissent une toile complexe aux sentiments des principaux protagonistes. Enfin, le milieu austère et psycho-rigide propre à l'aristocratie britannique de cette époque permet de compliquer à souhait des situations déjà délicates...

 

Ed. Pocket, 2019

Ed. France Loisirs, 2018

Ed. Presses de la Cité, 2017