20190512_170741

Christian Laborie est un auteur que j'avais envie de découvrir depuis longtemps mais curieusement, c'est un peu le hasard qui a mis ce titre entre mes mains, lequel hasard a très bien fait les choses tant j'aurais été embarrassée pour choisir parmi une bibliographie ô combien fournie. Et j'avais de surcroît, je dois bien l'avouer, une très légère réticence car voyez-vous, M. Laborie est un auteur de romans "régionaux" (non, promis, je ne dirais pas "de terroir", M. Laborie...), genre qui n'a pas ma préférence, et pourtant il se trouve que j'ai dévoré ce roman!

 

L'action se déroule en grande partie durant la Seconde guerre mondiale. "Encore!", me suis-je d'abord dit, car même si ce contexte historique est inévitablement favorable à bon nombre d'évènements, de situations ou de faits parfois dramatiquement romanesques, je sature à présent un tantinet face à la période. Toutefois, je me suis vite rendue compte que cet ouvrage représentait bien plus qu'un énième livre sur la guerre. Et cela, principalement pour deux raisons.

 

La toute première, je l'ai devinée dès la préface, rédigée par l'auteur lui-même, et dans laquelle il nous révèle avoir été professeur d'histoire/géographie en collège et nous fait part de son désir d'initier ses élèves aux dures réalités du conflit de 1939-45 (et notamment aux camps de concentration) à travers ce livre, sans pour autant heurter la sensibilité de leurs jeunes consciences. Après lecture, je peux vous confirmer que sa mission a été remplie! L'histoire nous entraîne sur les traces d'une famille juive allemande installée en France en 1939 pour fuir le régime nazi dans son pays, et dont l'un de leurs enfants, la petite Célia, sera adoptée par le pasteur Henri Muller et sa femme. Les drames vécus par cette famille sont contés certes avec réalisme mais aussi avec beaucoup de tact et d'habileté, sans que l'on se noie dans l'effroi ou le pathos. Les faits sont révélés sans être surenchéris, et cela n'ôte rien au souffle romanesque de l'histoire.

 

La deuxième raison qui me fait tant apprécier ce livre, c'est le thème de la quête, à la fois identitaire et spirituelle, que l'on y découvre. Une jeune femme juive élevée par un pasteur protestant, voilà qui soulève forcément des interrogations et des remises en question chez la principale intéressée... Je craignais cependant que cela puisse être quelque peu rébarbatif, il n'en fut rien. Bien au contraire, le cheminement personnel de l'héroïne est fort beau je trouve, et réellement touchant.

 

Pour conclure, je dirais simplement que Christian Laborie est vraiment un excellent conteur, et tellement pédagogue! L'Histoire elle-même sert de trame au roman et non l'inverse, comme c'est souvent le cas. Et s'il est vrai que les Cévennes y sont joliment décrites, je ne dirais pas que l'auteur nous offre ici un roman "régional" mais plutôt un roman historique! En tout cas, un roman qui m'a complètement séduite!

 

Ed. De Borée, coll. Terre de poche, 2018

Ed. France Loisirs, 2018

Ed. Retrouvées, 2018

Ed. De Borée, 2011