20181203_182346

Pour moi, Isabel Allende, c'était surtout l'auteure du célèbre roman "La maison aux esprits" qui je l'avoue, ne me tentait pas plus que ça. Alors quand je suis tombée sur "La Cité des dieux sauvages", je me suis dit que ce thème-là avait une chance de me plaire et très franchement, ce fut effectivement une belle surprise. 

 

Isabel Allende est un écrivain chilien dont les romans sont traduits dans une trentaine de langues et vendus à des millions d'exemplaires. Ne serait-ce que par curiosité, je me devais par conséquent de plonger un jour dans son univers, et c'est chose faite! J'ai ainsi pénétré dans la jungle amazonienne, en compagnie de deux jeunes adolescents: l'américain Alexander Cold, âgé de quinze ans et de Nadia Santos, âgée elle d'une douzaine d'années. Cette dernière est la fille du guide de l'expédition scientifique menée par la grand-mère d'Alexander, l'intrépide journaliste new-yorkaise, Kate Cold,  pour le National Geographic. Tous s'enfoncent donc dans les profondeurs de l'Amazonie, à la recherche d'une dangereuse créature nommée par les indiens "La bête"...

 

Ce roman d'aventures s'est révélé une vraie bouffée d'oxygène sur fond d'exotisme, de croyances tribales et de mystères. Nos jeunes Indiana Jones n'ont rien à envier à leur maître: suspense et danger nous tiennent en haleine jusqu'à la fin, et ce pour notre plus grand plaisir! La jungle y est superbement décrite et le récit fourmille de mille détails authentiques mêlant ainsi habilement univers réel et imaginaire: on se laisse entraîner dans l'histoire, comme on le serait dans un conte.

 

"La Cité des dieux sauvages" est le premier volume d'une trilogie, dans laquelle on trouve ensuite "Le Royaume du Dragon d'Or" et "La forêt des Pygmées". Personnellement, je pense repartir très vite sous ces nouvelles latitudes...

 

Ed. Le Livre de Poche, 2004

Ed. Grasset, 2002