20181107_132557

 

 

A l'occasion du centenaire de la fin de la Première guerre mondiale, je ne pouvais manquer de vous parler de ce roman "Le Disparu du bois de la Caillette" qui nous décrit de façon très réaliste le climat de cette période ô combien difficile.

 

En Charente-Maritime, la jeune Mathilde a grandi à la campagne entre ses deux meilleurs amis, les frères Georges et Aristide mais la guerre étant déclarée, les jeunes gens sont mobilisés et ils doivent tous les trois se séparer. La vie à la campagne se déroule alors au rythme des nouvelles envoyées par les jeunes soldats et de leurs rares permissions. La belle amitié du trio se muera en histoire d'amour mais entre la cruauté des combats, l'enfer des tranchées et l'impitoyable grippe espagnole, combien d'entre eux en réchapperont ?...

 

Inspiré d'une véritable correspondance de l'époque, ce roman nous fait revivre l'actualité de la Grande Guerre presque jour par jour, sur fond de batailles historiques célèbres relatées avec moult précisions: Verdun, le Chemin des dames, etc... toutes (ou presque) y sont. Les personnages sont tous emportés dans la tourmente du conflit, qu'ils soient sur le front ou pas, tout comme l'ont été tous les jeunes de leur génération. On tremble pour et avec eux, en imaginant très concrètement l'enfer de ce qu'ils vivent au cours de ces quatre années. Le triangle amoureux apporte une belle touche romanesque, là où l'horreur aurait pu l'emporter. Très joliment écrite, cette oeuvre, qui rend aussi un bel hommage aux Poilus, permet de lier idéalement la connaissance de la guerre de 1914-18 et une bien belle histoire sentimentale: à découvrir sans hésiter!

 

Editions de Borée, 2015